Se déconnecter, une étape vers le bonheur ?

Dans cet article, je souhaite vous parler d’un sujet de plus en plus récurent et discuté.

Il s’agit de l’importance qu’ont pris les écrans dans notre vie, et de l’importance de se déconnecter. Que cela soit le temps passé devant la télévision, le téléphone portable, les jeux vidéo, l’ordinateur ou les tablettes.

Je souhaite aborder cet article sous deux angles. Premièrement, je souhaite parler de l’impact que les écrans ont sur notre santé physique.  Ensuite, je souhaite échanger sur les conséquences en ce qui concerne notre santé mentale.  Je vais également traiter cet article sous deux points de vue. A savoir, les enfants, et les adultes.

Les conséquences physiques et mentales pour les enfants et adolescents 

De récentes études ont démontré que seulement après une heure passée devant des écrans, les enfants et adolescents ont plus tendance à procrastiner. Je vous invite par ailleurs à lire mon article sur les dangers de la procrastination. https://le-bonheur-nature.com/pourquoi-la-procrastination-nous-gache-la-vie/ Ils ont également moins confiance en eux, sont moins stables émotionnellement, moins curieux et moins concentrés.

Par ailleurs, le risque de dépression et d’anxiété se retrouve multiplié par 2. Il y a également un risque plus élevé de développer un diabète de type 2, ainsi qu’une obésité précoce.

En outre, les enfants qui passent plus de 2 heures par jour devant un écran, ont plus de mal à se calmer et sont plus susceptibles de perdre leur sang froid.

Il est également important de noter que plus de 50% des problèmes de santé mentale se développent avant l’âge adulte. C’est pour cela qu’il est indispensable de limiter et de modérer l’accès aux écrans, et le temps que les enfants y passent, afin qu’ils puissent réellement se déconnecter.

Exemples dans la vie de tous les jours

J’ai moi-même pu constater la différence entre 2 méthodes d’éducation très différentes dans mon entourage. D’un coté il y a un enfant qui a grandi sans aucune limite du temps passé devant les écrans. Lorsque nous étions au restaurant, dès que l’enfant commençait à être irrité, les parents lui mettaient entre les mains, un téléphone portable ou une tablette.

Concernant le deuxième enfant, ses parents lui ont interdit l’usage de tablette, ordinateur et téléphone portable pendant toute son enfance. Il avait uniquement le droit de regarder certains dessins animés, sélectionnées par les parents, et pendant 1h par jour maximum. Lorsque celui-ci avait besoin d’attention au restaurant par exemple, ses parents lui mettaient un livre entre les mains. Ils ont par ailleurs toujours attaché une grande importance à installer la tradition des jeux de société en famille. 

Il est vrai que les différences d’éducation entre ces deux enfants du même âge étaient flagrantes ;  le plus flagrant encore était la différence de personnalité et de bien être entre les deux.

En ce qui concerne le premier enfant, celui-ci a toujours très mal dormi la nuit, était très facilement irritable et très difficile à calmer. Par ailleurs, il a grandi en ayant des problèmes de concentration et d’attention, ainsi que des problèmes d’autorité.

Passons à présent au deuxième enfant. Contrairement au premier, il n’a jamais eu de problèmes pour aller se coucher ou s’endormir le soir. Il a toujours été très curieux et très concentré lors de l’exécution d’une tâche. Il a par ailleurs toujours été au bout lorsqu’il commençait quelque chose. Il n’a jamais présenté des problèmes d’autorité. Si quelque chose n’allait pas, il était très facile de le calmer en lui expliquant les choses, car il écoutait toujours attentivement.

Je reste convaincu qu’il est primordial d’apporter une attention des plus importantes au temps que les enfants passent devant les écrans.

D’ailleurs, ce n’est pas pour rien si les grands patrons de la Silicon  Valley interdisent les écrans à leurs propres enfants.

Voir article : https://www.francetvinfo.fr/sciences/high-tech/bill-gates-steve-jobs-quand-les-patrons-de-la-silicon-valley-interdisent-les-portables-et-les-reseaux-a-leurs-enfants_2514445.html

Les conséquences pour les adultes

En ce qui concerne les adultes, nous ne pouvons pas aborder le sujet de la même façon.

Cependant, j’ai pu également constater de réelles différences dans ma vie en faisant l’expérience de la déconnexion.

Lorsque je suis dans ma maison au Portugal, je ne ressens plus ce besoin d’être constamment accroché à mon Smartphone.  Et vous pouvez me croire, je sens une réelle différence ! Je suis moins stressée, moins anxieuse, je suis plus décontractée et plus détendue.  Je n’ai plus ce sentiment d’être constamment pressée et en retard.

J’arrive à réellement me détendre. Lorsque je suis là bas, très souvent, je laisse mon téléphone posé dans ma chambre, et je n’y touche plus de toute la journée. Le soir, je le retrouve et je ne ressens pas spécialement le besoin d’y passer beaucoup de temps. Alors que si je lavais eu avec moi toute la journée, je sais que je l’aurai regardé toutes les 5 minutes, et au final c’est un énorme gâchis de temps.

J’ai également des membres de mon entourage qui me disent que lorsqu’ils ne consultent plus les réseaux sociaux de façon systématique, et qu’ils arrivent à se déconnecter, ils se sentent beaucoup moins stressées, et au final plus heureux. Et il est vrai que lorsque je suis au Portugal et que je n’ai pas mon Smartphone sur moi, je me sens également dans un état de bien être qui est beaucoup plus important.

C’est pour cela que j’ai pris une décision et j’espère réussir à m’y tenir sur le long terme. J’ai décidé de me déconnecter un jour par semaine, en général le dimanche. Ce jour là, je me dis que je n’ai plus de Smartphone, ni de tablette ni d’ordinateur. Et honnêtement, cela fait un bien fou ! Je vous le conseille !

champ de tournesols, photo prise dans le sud de la France, vers Albi. Cela fait tellement de bien de se déconnecter!!

3 réflexions au sujet de « Se déconnecter, une étape vers le bonheur ? »

  1. Article très juste et vrai. Je pense que nous n’en avons pas assez conscience, mais les écrans nous bouffent la vie. Merci pour cette bonne analyse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *