Bach, les 38 remèdes, comment les choisir

Bach

Au début, on se dit qu’on risque de ne pas choisir le remède qui correspond aux troubles. Mais très vite, on se rassure parce qu’il n’y a aucun risque. Si on se trompe, ce n’est pas grave. Et d’ailleurs, on ne se trompe jamais complètement : le remède de Bach, malgré une éventuelle imprécision, règle un certain nombre de troubles, permettant, dans une approche progressive, d’affiner le diagnostic et donc de trouver l’élixir correspondant.

Simple et rapide

C’est pratique, simple et rapide. Les remèdes se présentent principalement sous forme de gouttes. En cas de crise (angoisse, panique, jalousie, tristesse), on en met 3 gouttes dans un verre d’eau ou directement sur la langue.

Pour les états chroniques, les humeurs dépressives, les sentiments qui s’étirent en longueur, il suffit d’en prendre  3 à 4 fois par jour. Rapidement, on ressent un certain apaisement. Et puis un jour, on oublie de prendre ses fleurs de Bach : tout simplement parce qu’on en a plus besoin !

Les 7 familles… par Bach

Le Dr Bach a répertorié 7 états d’âme. Il s’agit en fait, de grandes catégories de sensation, de sentiment, ou d’état d’esprit dans lesquelles chaque être humain peut se trouver un jour ou l’autre.

Les 38 remèdes de base sont répartis dans l’une de ces 7 catégories :

  • La peur- l’insécurité
  • L’incertitude
  • L’indifférence
  • La solitude
  • La dépendance
  • Le découragement -le désespoir
  • La préoccupation excessive d’autrui

Dès le départ, Bach a pris en compte le mélange des émotions puisque les 7 états d’âme sont parfois très proches, incluant des émotions très différentes.

La classification des émotions selon les psychologues

L’émotion est une notion floue et elle difficilement définissable. Selon les époques ou les écoles, on parle d’émotion cognitive, psychophysiologique ou motivationnelle. Toutefois, en s’appuyant sur l’étude comportementale, ou l’expression du visage ou bien encore les réactions face à des réflexes de survie, les psychologues et psychiatres sont plus ou moins d’accord pour décrire 7 émotions fondamentales.

  • La colère, qui survient face à un obstacle, engendre l’attaque.
  • Le dégoût, provoqué par une substance nocive, provoque la nausée et donc le rejet.
  • La joie, qui déclenche le désir et donc la volonté de se rapprocher.
  • La peur, causée par une menace potentielle, pousse à fuir.
  • La surprise provoque un réflexe de retrait, permettant d‘échapper à une situation inconnue.
  • La tristesse, associée à une perte ou un deuil, génère le repli sur soi, pour se soigner et se reconstruire.
  • L’indifférence.

Puis, elles se combinent, pour constituer des émotions mixtes secondaires : le mépris, nostalgie ou honte…

Les 38 remèdes de Bach

Chacune des 7 catégories de Bach regroupe des états d’âme négatifs ou des typologies négatives. Il peut sembler curieux que la préoccupation excessive d’autrui, la solitude ou même le doute soient considérés comme négatifs. En fait, il s’agit d’états qui sont à la limite du pathologique et qui vont à l’encontre de l’équilibre mental de l’individu, provoquant des réactions négatives de l’entourage.

  • La peur, l’insécurité : Aspen, cherry Plum, Mimulus, Red Chestnut, RockRose.
  • L’incertitude, le doute : Cerato, Gentian, Gorse, Hornbeam, Scleranthus, Wild Oat.
  • L’indifférence : Chestnut Bud, Clematis, Honeysuckle, Olive, Mustard, White Chestnut, Wild Rose.
  • La solitude : Impatiens, Heather, Water Violet
  • La dépendance : Agrimony, Centaury, Holly, Walnut.
  • Le découragement, le désespoir : Crab Apple, Elm, Larch, Oak, Pine, Star of Bethlehem, Sweet Chestnut, Willow.
  • L’altruisme (ou la préoccupation excessive d’autrui) : Beech, Chicory, Rock Water, Vervain, Vine.

Dans une même catégorie peuvent coexister deux types d’émotion très éloignées : ainsi dans la dépendance on trouve aussi bien des personnes qui se laissent dominer par leur jalousie (Holly), que des personnes qui ne pensent qu’à rendre service (Centaury). Parmi les altruistes, on trouve aussi bien « Vine », le personne autoritaire, que « Chicory », la personne trop attentionnée.

L’auto analyse

La première difficulté est celle de la compréhension de soi même (ou de la personne que l’on cherche à aider). Certains troubles sont très profondément enfouis : une peur, une angoisse qui provoque un certain nombre de maux est elle-même suscitée par des maux plus anciens. Il faut donc procéder lentement et logiquement. Repérer les signes les plus flagrants, utiliser un élixir, puis quand ça va mieux, qu’on a les idées plus claires, recommencer l’auto analyse pour fouiller un peu plus loin et changer éventuellement d’élixir. Mais attention, l’auto analyse ne doit se transformer ni en nombrilisme, ni en hypocondrie… même si les nombrilistes et les hypocondriaques trouvent facilement le remède adéquat dans les fleurs de Bach !

Et pour aller plus loin dans la préparation de vos élixirs cliquez ici!

Une réflexion au sujet de « Bach, les 38 remèdes, comment les choisir »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *